Ossature bois : 5 erreurs à ne pas commettre pour un chantier réussi

 Posté dans Conseils et construction

L’ossature bois a tout pour séduire : confort thermique, acoustique, rapidité de construction, liberté d’architecture…Pourtant, de nombreux chantiers sont entachés de malfaçons aux conséquences désastreuses. Quelles sont les erreurs à éviter pour faire une ossature bois ?  Voici 5 sources de malfaçons a éviter. La dernière ne vous étonnera pas.

# 1 : niveler le terrain à hauteur de la maison

L’écart de niveau entre le terrain fini et le bardage de la maison est de 15 cm à minima. L’objectif est de protéger le bois de l’humidité du sol et des éclaboussures de pluie. Enterrer le pied des lames bardages et bois de terrasses pour obtenir un terrain plat et de niveau est une erreur courante. De même si vous installez un système d’arrosage, veillez à ce que les murs ne reçoivent pas de projection d’eau.

Le bois, même traité est un matériau naturel. Afin de préserver sa durabilité, il doit être ventilé et protégé des excès d’humidité.

# 2 : Percer les bois d’ossature pour passer les gaines électriques

Construire en bois impacte une adaptation de tous les corps d’état. Dans une construction traditionnelle en brique, l’électricien passe les gaines dans les alvéoles des briques. En construction bois, la conception du mur doit permettre ce passage. Par habitude, s’il n’est pas formé à la construction ossature bois, l’électricien peut percer les montants d’ossatures pour passer ses gaines. Un trou de 22-25mm les montants de 120 ou 140mm fragilise la structure porteuse de la maison.

La conception du mur ossature bois doit tenir compte des contraintes de tous les corps d’état. Ces détails constructifs sont à mettre au point dès la conception de la maison.

Combien coûte votre projet de construction de maison bois?

# 3 : Ne pas soigner l’étanchéité à l’air

Un défaut d’étanchéité à l’air peut concentrer en un même point une grande partie de l’humidité de la maison. La RT 2012 a rendu l’étanchéité à l’air obligatoire. Cette mesure améliore considérablement l’efficacité énergétique. Une bonne étanchéité à l’air demande une mise en œuvre soignée et l’emploi de film pare vape et de scotch d’étanchéité adaptés. En cas de défauts et de fuite, en période hivernale, l’humidité de la maison (vaisselle, douche, bains, respiration, plante…) se concentre autour des points de fuites. Les risques de condensation (point de rosé) augmentent et peuvent engendrer sur le long terme une altération du bâti.

Les fabricants spécialistes développent des gammes de pare vapeur ou frein vapeur avec des accessoires particulièrement bien adapté à la maison bois.

# 4 : Laisser traîner et exposer l’ossature bois aux intempéries

Le bois et les panneaux OSB utilisés pour la construction ossature bois n’apprécient que peu l’eau et l’humidité. Si des pluies ou averses sont courantes pendant les travaux, il est bon que le chantier soit rapidement hors d’eau hors d’air (couverture et menuiseries posées). En ce sens, la construction et l’assemblage des pans de bois sur site est a réservé aux chantiers d’accès difficiles (extensions bois…)

La préfabrication de pans de bois en atelier réduit les temps de chantiers et les risques liés aux intempéries.

# 5 : Choisir un prix plutôt qu’un bon fabricant de maison bois

Construire coûte cher. Construire en bois coûte encore plus cher. La tentation de sélectionner son constructeur ossature bois uniquement sur le prix de son devis est naturel. Erreur ! Le web fourmille d’offres pour des maisons bois plus alléchantes les unes que les autres. De nombreux propriétaires connaissent l’impasse de chantiers aux multiples malfaçons et doivent composer avec la disparition de leur constructeur.

Un Architecte, un constructeur de maisons ossature bois, un Maître d’œuvre doit être choisi avec la plus grande attention. Une astuce pour bien le choisir, suivre la même démarche que si vous optiez pour une assurance Dommage-Ouvrage.

À lire aussi ...

Tapez vos mots clés et cliquez entrer pour rechercher

Maprimrénov